Les locomotives

Locomotive à vapeur 141 TD 740

La 141 TD 740 à St Junien lors d'une marche d'essais en 2012.Cette locomotive, classée Monument Historique, fut construite en 1932 par la Société Française de Construction Mécanique de Denain. Elle effectua toute sa carrière en tête des trains de banlieue de la région parisienne jusqu’en 1967, date de la fin de la traction vapeur. Rachetée par notre association en 1982 à l’état d’épave, plusieurs milliers d’heures auront été nécessaires avant qu’elle n’assure son premier train touristique. La chaudière est timbrée à 14 bars et la machine pèse près de 109 tonnes pour une longueur totale de 15 mètres. Elle délivre une puissance de 1000 kW (1360 CV) et est limitée à 70 km/h. La consommation moyenne pour parcourir 100 kilomètres est d’1,5 à 2 tonnes de charbon et de 15 à 20 m3 d’eau. Depuis fin 2012, des travaux d’agréments portant sur ses essieux sont en cours. Nous espérons la retrouver le plus rapidement possible en tête de nos trains. Pour les passionnés…

 


Locomotive à vapeur 140 C 38

Cette locomotive fut construite en Grande Bretagne en 1919 par la société Vulcan Foundry pour une société ferroviaire française. Elle a été utilisée dans le film « On a retrouvé la 7ème compagnie », dont la réplique culte « Touche pas à ça p’tit con » été tournée en marche à l’intérieur de la cabine de conduite. C’est elle qui assure la traction de nos circulations touristiques. La chaudière est timbrée à 14 bars et la machine pèse près de 125 tonnes pour une longueur totale de 19,20 mètres. Elle délivre une puissance de 1050 kW (1400 CV) et est limitée à 80 km/h. Sa dernière épreuve de retimbrage a été validée le 27 janvier 2016 et elle est déclarée apte pour les 10 années suivantes. Pour les passionnés…

 


 

Locomotive à vapeur 231 K 82

Surnommée Pacific en raison de la disposition de ses essieux (2 essieux porteurs avant, 3 essieux moteurs, 1 essieu porteur arrière), la locomotive est issue d’une série de 79 unités commandées par la compagnie des chemins de fer du Paris-Lyon-Méditerranée (PLM). La construction de la série s’est étalée de 1912 à 1921, partagée entre trois sociétés différentes. La 231-k-82 a pour sa part été construite en 1921 par la Société Alsacienne de Construction Mécanique à Belfort.
Avec des roues motrices de plus de 2m de diamètre et capables de délivrer une puissance de 2438 chevaux, les 231-K sont taillées pour la vitesse et la traction des trains de voyageurs. Ainsi au cours de leur service sur les lignes desservant le Sud-Est de la France, ces locomotives ont remorqué les plus grands trains entre la capitale et la Méditerranée dont notamment le Train Bleu reliant alors Calais à Nice avec de luxueuses voitures Pullman.
Au début des années 50, avec l’électrification progressive de la ligne Paris-Lyon-Marseille ainsi que l’arrivée de nouvelles locomotives à vapeur plus puissantes, les 241-P, les 231-K ont progressivement été mutées sur le réseau Nord où elles ont continué à servir à la traction des trains de voyageurs et notamment la Flèche d’Or, un autre train de luxe composé lui aussi de voitures Pullman reliant Paris à Londres en combinaison avec un paquebot entre Calais et Douvres. Les capitales étaient reliées en 6h avec une vitesse moyenne de 110km/h pour les trains, une performance qui ne fut améliorée que par la mise en service de l’Eurostar et du tunnel sous la Manche.
Quant à la 231-K-82, elle a la particularité d’avoir été la toute dernière locomotive de la SNCF, du type Pacific, à circuler en service régulier lorsqu’elle assurera son dernier train, le 11 janvier 1969 en remorquant la Flèche d’Or entre les gares d’Amiens et de Calais-Maritime.
En 2011, après avoir passé près de 40ans en attente d’utilisation à Saint-Étienne, la locomotive a été acheminée par le rail jusqu’à notre atelier de Limoges.
Cette année nous lançons une campagne de financement participatif afin de débuter la rénovation de la machine dans le but de la remettre en service.
Pour participer à cette aventure vous pouvez soit adhérer soit faire un don en utilisant le formulaire disponible ICI


Locomotive DIESEL 040 DE 895

Le 040 DE 895 lors d'un train Eymoutiers-Limoges en 2013.

La locomotive DIESEL 040-DE-895 est issue d’une série de locomotive conçue pour remplacer les machines à vapeur dans l’après-guerre. Durant leur carrière SNCF, elles ont été utilisées pour assurer un service mixte (voyageur et marchandise) ainsi que pour les manoeuvres dans les gares et triages. Cette « 2 CV du rail » est équipée d’un moteur MGO de 12 cylindres développant une puissance de 825 CV. Notre locomotive a été récupérée en 2010, entièrement restaurée par nos bénévoles et remise dans sa livrée d’origine, elle est fréquemment utilisée conjointement à la locomotive à vapeur lors des circulations touristiques pour des raisons techniques et de sécurité.


Locotracteur de manoeuvre Moyse

Le locotracteur Moyse.

Ce petit locotracteur, acquis auprès de France Télécom en 1997, est utilisé au dépôt pour la manouvre de notre matériel. Il a été construit par l’entreprise Gaston Moyse en 1934. Son moteur diesel de 150 CV 6 cylindres en ligne, entraîne une génératrice à courant continu qui alimente deux moteurs de traction électriques. Pour les passionnés…