Locomotive à vapeur 140 C 38 – Détails

Retour à la page précédente

 

Historique de la locomotive

140_C_38La 140 C 38 est issue d’une série de 340 locomotives construites entre 1913 et 1920. Ces locomotives sont originaires du réseau des chemins de fer de l’ETAT où les 70 premières locomotives construites en France sont mises en service en 1913. D’autre part, l’armée française, ayant retenu ce type de locomotives pour la traction des pièces d’artillerie lourdes sur voies ferrées (ALVF) en commanda 70 exemplaires, qui furent construites en Grande Bretagne et livrées en 1916 et 1919.

Après le conflit, l’armée n’ayant plus besoin de ces 70 locomotives, celles-ci furent vendues pour moitié aux chemins de fer de l’EST et à celui du PLM. En dehors de l’utilisation spécifique pour les besoins de l’armée, ces locomotives ont principalement effectué un très bon service en tête des trains de marchandises et de quelques trains voyageurs omnibus. Lors du second conflit mondial, un grand nombre de ces machines furent réquisitionnées par l’occupant et envoyées en Allemagne ; quelques une ne sont jamais revenues en France quant aux autres elles furent affectées dés leur retour à la région Est SNCF. Leur robustesse, leur simplicité, leur faible coût d’utilisation et leur aptitude à rouler sur toutes les lignes même les moins bien entretenues les fit très apprécier des compagnies de chemin de fer puis de la SNCF. Ce sont également ces qualités qui leur value d’avoir une carrière particulièrement longue puisque les dernières machines en service en 1975 avaient 62 ans de bons et loyaux services.

La 140 C 38 fait partie du lot de 70 machines commandée par le ministère des armées. Elle est construite en 1919 en Grande Bretagne par la société Vulcan Foundry sous le numéro 3237. Arrivée en France elle est mise en service par les chemins de fer de l’ETAT mais revendue en 1924 aux chemins de fer du PLM et affectée au dépôt de Montargis où elle prend le numéro 140 K 3. En 1941, elle est réquisitionnée et envoyée en Allemagne pour les besoins des chemins de fer allemand. Elle est retrouvée garée à Bonn en juillet 1950 puis rapatriée et affectée la même année au dépôt de Châlons sur Marne sous le numéro 140 C 38. En 1951 elle subit une G.R. (Grande Révision) aux ateliers d’Epernay puis elle est mutée au dépôt de Vaires en région parisienne. En 1962 elle est mutée à Hausbergen, en 1963 au dépôt de Noisy le Sec et le 4 mars 1968, au dépôt de Chalindrey pour être mise à disposition des CFTA à Gray.

La 140-C-38 entre Limoges-Montjovis et le triage de Puy-Imbert, s'engage sous la passerelle du Chinchauvaud (05/04/2014).
La 140-C-38 entre Limoges-Montjovis et le triage de Puy-Imbert, s’engage sous la passerelle du Chinchauvaud lors d’une campagne d’essais (05/04/2014).

Le 20 novembre 1975, elle effectue son dernier train entre Gray et Chalindrey ; ce sera le dernier train d’une locomotive à vapeur SNCF en service commercial. En décembre 1978, elle est confiée par la SNCF à une association de modélistes de Caen. Le 2 mai 1996, notre association rachète cette locomotive à la SNCF ; transportée par voie routière, elle arrivera en gare de Limoges Montjovis le 27 juin 1996. Grâce aux aides financières de nos partenaires, nous avons pu la restaurer sur le site de Puy-Imbert. Les travaux très importants pour sa révision ont nécessité son démontage total avant examen et réparation de toutes les pièces.

Depuis avril 2014, la 140 C 38 âgée de plus de 80 ans connaît une nouvelle jeunesse en tête de notre train touristique.

 

Caractéristiques techniques

Constructeur Vulcan Foudry (Grande Bretagne)
Année de contruction 1919
Machine à simple expansion 2 cylindres de 590 mm de diamètre
Timbre de la chaudière 14 bars
Capacité de la chaudière 10,15 m3
Diamètre des roues motrices 1,44 m
Capacité en eau du tender 18 m3
Capacité en charbon du tender 9 t
Masse en charge 125 t
Longueur de la machine + tender 19,2 m
Puissance 1.400 Cv
Effort de traction 21 t
Vitesse limite 80 km/h
Tender N° 18 B 22

 

Retour à la page précédente